Être nomade numérique, ça frappe l’imaginaire des gens. Beaucoup confondent voyages et vacances. Voici donc un petit retour à la réalité pour que vous sachiez à quoi vous en tenir!

Le rêve

Oh oui, le rêve, ce que les gens s’imaginent, c’est que nos journées sont passées à l’aventure, ponctuées de publications Instagram toutes plus folles les unes que les autres (et en même temps toujours esthétiquement parfaites). Des corps musclés, des filles en bikini, toujours un verre à la main, sur le party, olé olé!

D’autres s’imaginent que dormir dans une auberge de jeunesse est tellement cool, qu’on jase avec des étrangers jusqu’aux petites heures du matin et qu’on se réveille chaque matin (reposé) avec 25 nouveaux amis Facebook.

Trouvez des contrats à la pige au Québec

Augmentez votre visibilité auprès de clients potentiels en publiant votre profil dans notre répertoire dès maintenant OU devenez membre PRO afin de soumissionner sur des contrats en appel d'offres publiés sur notre communauté web.
Créez votre profil gratuitement

Qu’être nomade numérique, c’est travailler à la plage, à dos de chameau, sur un yacht au milieu de l’océan, au sommet d’une montagne, sur un mur historique. (Suivez le #digitaldouchebag sur Instagram pour des exemples concrets.)

La réalité

Réalité de nomade numérique – travailler dans un endroit qui n’est pas nécessairement digne d’Instagram

La réalité est un peu moins idyllique. Car être nomade numérique, ce n’est pas des vacances, mais bien travailler en voyage!

Oui, il y a des moments où on part à l’aventure, mais on passe quand même environ cinq jours sur sept à travailler, et parfois davantage quand on est à contrat ou qu’on a un gros projet à livrer. On participe à des activités locales et culturelles les soirs ou la fin de semaine, mais on en manque aussi régulièrement quand on a une urgence à régler ou un projet à remettre.

Ce ne sont pas tous les nomades numériques qui diffusent leur vie et leur expérience sur les médias sociaux. Et ils ne sont pas tous photographes ou vidéographes amateurs, alors les photos de l’un et de l’autre ne seront pas toutes aussi époustouflantes. Plusieurs ont même commencé à partager les coulisses, toutes les petites choses plates que même les nomades numériques font comme par exemple faire le lavage, laver la vaisselle et sortir les poubelles.

Il y a aussi des nomades numériques introvertis ou solitaires. Hé non, on n’est pas tous des extravertis qui sont fous de joie à l’idée de passer 10 jours et 10 nuits, 24 heures sur 24, en groupe!

Comme avec tout le reste dans la vie, il faut en prendre et en laisser!

Pour ce qui est des auberges de jeunesse, aussi sympa peuvent-elles être, elles ne sont pas idéales pour travailler pendant plusieurs jours. Certaines ont des espaces où on peut s’installer pour travailler, alors que d’autres n’offrent pas d’espace propice autre que les lits. Beaucoup de nomades numériques se tournent donc vers les AirBnb de ce monde pour vivre en appartement, avoir un espace de travail tranquille, cuisiner leurs repas et avoir un semblant de « chez soi ». Moins sexy, plus cher, mais plus propice au travail!

Réalité de nomade numérique – travailler d’un café

Et finalement, oubliez la notion de travailler à la plage, au milieu du désert et en haute mer. Oui, vous visiterez ces endroits, mais sachez que même avec une carte SIM, on n’a souvent pas de signal. Et que les dernières générations d’ordinateurs portables ont un écran qui reflète tout, rendant parfois difficile de travailler à l’extérieur (même à l’ombre) car on n’y voit que son propre reflet. Et votre ordinateur deviendra bien trop précieux pour que vous preniez le risque qu’il soit victime d’un incident malheureux.

Ce qu’on y gagne

Des fonds d’écran de vos propres aventures

Du rêve à la réalité, c’est bien différent, mais on y gagne beaucoup :

  • On accumule les expériences au lieu des possessions.
  • On sort de la routine dès qu’on met le nez dehors.
  • On découvre un nouveau monde à chaque changement de ville, village ou pays.
  • On développe nos aptitudes personnelles et professionnelles.
  • On devient spécialiste de la résolution de problèmes et de la flexibilité.
  • On contribue à créer une toute nouvelle génération de travailleurs à distance.

Alors n’hésitez pas à vous lancer, même si ce n’est pas le rêve tous les jours, expérimenter cette réalité en vaut la chandelle!

PARTAGER
Les opinions exprimées par les collaborateurs du blogue sont celles de leur auteur et ne reflètent pas nécessairement l’opinion de PIGE.quebec.
Patricia Robichaud
Intriguée par la vie de nomade, je suis une consultante en communications qui participe depuis mars 2017 à un programme d’un an pour nomades numériques, Remote Year. Durant cette année, je sillonnerai l’Europe et l’Amérique du Sud au rythme d’une ville par mois. Ce parcours sera certainement parsemé de réussites et d’embûches professionnelles, et m’amènera à réfléchir sur le cheminement de carrière et le statut de travailleur autonome.