Chaque mois, nous choisissons un membre PRO Plus qui s’illustre dans son domaine par la qualité de son travail. Ce mois-ci nous avons choisi Anne Dugal-Ferron, consultante en affaires. Voici donc une courte entrevue en cinq questions qu’elle nous a accordée.

Quelles difficultés as-tu rencontrées comme consultante en affaires?

Selon moi, la plus grande difficulté d’être consultant, c’est d’être soi-même un produit. Quand on vend un produit tangible ou un service très concret, c’est facile de l’analyser objectivement et de mettre à l’avant ses qualités, ses avantages concurrentiels. Faire le même exercice sur soi, c’est beaucoup plus difficile, car notre perception de nous-mêmes est souvent biaisée et on n’aime pas avoir l’impression de se vanter. Après tout, ce sont nos compétences et notre personnalité qu’on doit vendre pour persuader un client que nous sommes LA meilleure personne pour réaliser son mandat ou faire avancer son entreprise. En début de carrière, c’est encore plus ardu, car on n’a pas encore une liste impressionnante de réalisations pour appuyer ce qu’on offre. Il faut donc être très convaincant.

J’ajouterais à ce point que, comme c’est le cas pour tout entrepreneur, les rejets, même si inévitables et normaux dans le monde des affaires, sont parfois amers. D’autant plus que, dans le cas d’un consultant, il est encore plus facile de ramener la critique ou le sentiment d’échec à un niveau personnel. Il faut apprendre à voir les situations désagréables comme des opportunités d’apprendre et de s’améliorer. Et, une fois qu’on a fait le tour de la question, passer à autre chose!

Est-ce qu’il y a des choses que tu aurais désiré savoir en début de carrière?

Offrez vos services en ligne gratuitement

Offrez vos services en ligne sur la première place d'affaires web dédiée uniquement au Québécois. Augmentez votre visibilité auprès de clients potentiels dès maintenant. Créez votre profil

Une tonne! J’ai un cheminement un peu particulier, alors je parlerai ici de ma carrière d’entrepreneure plutôt que de consultante.

Lorsque j’ai démarré ma première entreprise en 2013, j’avais une bonne connaissance du monde des affaires, surtout au niveau de l’administration et des finances, à cause de ma formation en sciences comptables. Malgré ça, je me suis tout de même retrouvée confrontée à énormément de questions relativement au démarrage d’une entreprise «dans la vraie vie», dont la majorité peuvent aussi se présenter à de jeunes consultants.

Bien qu’il existe des organismes d’aide (par exemple les CLD) et qu’il y a beaucoup d’information disponible sur le web, la documentation est souvent vague et incomplète en ce qui concerne le démarrage d’entreprise. J’aurais aimé avoir en main un guide exhaustif, qui m’aurait amenée à me poser les questions dans le bon ordre et m’aurait assuré de ne rien négliger.  C’est d’ailleurs pourquoi j’ai décidé d’en rédiger un, qui sera disponible cet été. J’espère que ça pourra aider de jeunes entrepreneurs et travailleurs autonomes à structurer leur démarrage et à optimiser leurs efforts.

Est-ce qu’il y a certains trucs ou habitudes qui t’aident à faire ton travail plus efficacement?

Je suis totalement accro à mon agenda. Je crois que l’organisation est la clé pour être efficace et, surtout, efficient lorsqu’on a un horaire très chargé et des échéanciers à respecter.

J’y note tout ce que je prévois ou dois faire puis, au moins une fois par semaine, je structure mon horaire en conséquence en fonction de mes contraintes. Je vais jusqu’à dessiner des cases à côté des tâches et je les coche lorsqu’elles sont complétées. Lorsqu’il y a un échéancier précis, je l’inscris en rouge. Ça me permet de savoir exactement où j’en suis par rapport à mes objectifs et de voir d’un coup d’œil ce qu’il me reste à faire.

Il est très important, selon moi, de prévoir des plages dédiées à la prospection de clients, à l’apprentissage et aussi des plages libres, qui permettent de répondre promptement aux demandes imprévues. J’ai souvent tendance à «trop» travailler, comme c’est certainement le cas de la majorité des entrepreneurs et consultants. Pour m’assurer d’avoir un mode de vie sain et équilibré, je planifie aussi mes activités personnelles, comme le sport et les rencontres avec des membres de ma famille ou des amis, de la même façon. Ça m’oblige à y réserver des moments et je me suis promis de les respecter.

Est-ce que tu as quelques livres ou ressources que tu recommanderais à d’autres consultants en administration des affaires?

J’ai récemment lu le livre Persuasion de Arlene Dickinson. J’ai vraiment apprécié son approche, la preuve qu’être intègre et sincère est la meilleure façon de gagner la confiance des gens, même dans le milieu des affaires. 7 habits of highly effective people par Steven Covey, Good to Great par Jim Collins, The Lean Startup par Eric Ries… J’ai aussi adoré le livre de Nicolas Duvernois, Entrepreneur à l’état pur, qui est une superbe histoire de persévérance (en plus de contenir quelques recettes de cocktail intéressantes!).

Il y a de plus en plus d’information très pertinente sur le web, par le biais de sites ou de blogues. Je pense à celui d’Olivier Lambert visant le marketing web, qui offre une foule de conseils utiles pour maximiser l’impact de sa présence sur le web et que je recommande fortement aux jeunes consultants.

J’espère que mon blogue sera aussi un jour cité comme référence (par quelqu’un d’autre que moi, évidemment)! Il n’est en ligne que depuis la semaine dernière, mais je compte y publier régulièrement des articles sur l’entrepreneuriat et aussi sur le côté financier de la gestion d’entreprise. Par exemple, un des articles à venir traitera des voitures de propriétaires d’entreprise/travailleurs autonomes : est-il plus rentable d’acheter ou de louer?

Si tu avais un seul conseil à donner pour aider un pigiste à trouver des contrats, quel serait-il?

Être présent. Sur le web, dans des activités de réseautage, à des formations, des 5 à 7, des regroupements de professionnels. Aller se présenter à des partenaires ou fournisseurs potentiels. En plus d’ouvrir la porte à des relations d’affaires, ça permet aussi de se faire connaître et de laisser une image positive, tangible, aux gens. Être excellent dans ce que l’on fait est primordial, mais inutile si personne ne le sait!

Consultez le profil d’Anne sur PIGE.quebec

Participez à la discussion

PARTAGER
Les opinions exprimées par les collaborateurs du blogue sont celles de leur auteur et ne reflètent pas nécessairement l’opinion de PIGE.quebec.
PIGE Québec

PIGE.quebec est la première place d’affaires web mettant en relation les pigistes et les clients porteurs de projets, dédiée uniquement aux Québécois. Trouvez facilement et rapidement les meilleurs travailleurs autonomes, disponibles sur demande.