Chaque mois, nous choisissons un membre PRO Plus qui s’illustre dans son domaine par la qualité de son travail. Ce mois-ci nous avons choisi Eva Lavergne, traductrice. Voici donc une courte entrevue en cinq questions qu’elle nous a accordée.

Quelles difficultés as-tu rencontrées comme traductrice?

Je rencontre chaque jour des difficultés langagières, ou «problèmes de langue». Mais c’est là le plaisir d’avoir à relever un défi chaque jour, et même plusieurs fois par jour : à chaque paragraphe, parfois à chaque phrase. J’adore faire des recherches pour parvenir à la meilleure trouvaille, au mot juste. Toutefois, la difficulté principale est de décrocher des contrats stimulants, c’est-à-dire qui soient d’un assez bon volume pour que j’y travaille au moins durant quelques jours, et qui touchent des sujets qui me tiennent à coeur.

Est-ce qu’il y a des choses que tu aurais désiré savoir en début de carrière?

Qui contacter et comment, pour ne pas me perdre en démarches vaines et pour éviter d’angoisser sur mon avenir! Le réseautage, pour une personne plutôt de type «rat de bibliothèque», n’est vraiment pas chose évidente.

Est-ce qu’il y a certains trucs ou habitudes qui t’aident à faire ton travail de traductrice?

Trouvez des contrats à la pige au Québec

Augmentez votre visibilité auprès de clients potentiels en publiant votre profil dans notre répertoire dès maintenant OU devenez membre PRO afin de soumissionner sur des contrats en appel d'offres publiés sur notre communauté web.
Créez votre profil gratuitement

Le réflexe d’aller puiser aux bonnes sources est un acquis à moyen ou long terme. Je fais des recherches terminologiques beaucoup plus efficaces aujourd’hui qu’à mes débuts, en partie parce que les sites de référence en ligne auxquels j’ai recours me sont devenus familiers : permuter d’un à l’autre fait partie de mes réflexes.

Est-ce que tu as quelques livres ou ressources que tu recommanderais à d’autres traducteurs?

Pour ce qui est des ressources, il y en aurait beaucoup trop à recommander. Et tout dépend du domaine de spécialisation du traducteur. La terminologie est un domaine très précis, et parfois même une interface Internet peut faire en sorte que le traducteur se sente à l’aise ou, au contraire, mal à l’aise avec un outil ou une ressource. C’est très personnel, la méthodologie de travail, à mon sens. Par contre, pour ce qui est des livres, je conseillerais évidemment à tout traducteur de lire beaucoup. Des textes de toutes natures. De toutes époques. Pour vraiment baigner dans sa langue maternelle, et dans ses langues de travail. Pour élargir sa culture générale. La lecture n’a à peu près que des vertus.

Si tu avais un seul conseil à donner pour aider un traducteur ou traductrice à trouver des contrats, quel serait-il?

Dès que l’occasion se présente de parler de son métier, il faut le faire avec enthousiasme. Les gens (clients potentiels) valorisent la compétence, mais aussi la bonne entente et l’énergie positive.

Voir le profil de Eva sur Pige Québec

Trouvez les meilleurs traductrices et traducteurs sur Pige Québec

PARTAGER
Les opinions exprimées par les collaborateurs du blogue sont celles de leur auteur et ne reflètent pas nécessairement l’opinion de PIGE.quebec.
PIGE Québec
PIGE.quebec est la première place d’affaires web mettant en relation les pigistes et les clients porteurs de projets, dédiée uniquement aux Québécois. Trouvez facilement et rapidement les meilleurs travailleurs autonomes, disponibles sur demande.