Cette question a hanté plusieurs personnes lors de leur dernière année d’études : est-il préférable d’avoir de l’expérience au sein d’une entreprise avant de devenir pigiste ou de faire les démarches nécessaires pour créer sa propre entreprise avant l’obtention de son diplôme? Comme vous allez bientôt le constater, chaque situation a ses avantages et ses inconvénients.

Accumuler de l’expérience avec une entreprise

Vous connaissez plusieurs entreprises engageant des gens ayant étudié dans votre domaine. Vous vous dites : pourquoi ne pas postuler? Avec de la chance (et une bonne préparation), vous obtenez un emploi avec un revenu stable, vous permettant ainsi de payer vos dettes d’études. Une fois les dettes remboursées, vous pouvez envisager l’accumulation d’un fonds assez important pour vous soutenir votre phase de démarrage d’entreprise.

En entreprise, non seulement vous accumulez de l’expérience, vous établissez des contacts avec vos collègues et vos clients, qui peuvent en retour vous référer à d’autres clients au moment où vous débutez à la pige. Cependant, comme l’a mentionné Alexandre Comtois en entrevue, il faut demeurer prudent si vous devez signer une entente de non-compétitivité, car certaines clauses pourraient nuire à votre projet entrepreneurial.

Débuter dès la fin de vos études

Offrez vos services en ligne gratuitement

Offrez vos services en ligne sur la première place d'affaires web dédiée uniquement au Québécois. Augmentez votre visibilité auprès de clients potentiels dès maintenant. Créez votre profil

Vous savez, en votre for intérieur, que vous ne travaillerez pas pour un patron. Cependant, est-il possible de se lancer en affaires en sortant du cégep ou de l’université? C’est ce qu’a décidé de faire Nicolas Duvernois, qui, après une expérience catastrophique en restauration après ses études, a décidé de créer PUR vodka.

Que faut-il retirer de ce témoignage? Tout d’abord, vous devez vous attendre à beaucoup d’efforts afin de construire votre entreprise et votre réseau de clients. Vous devez aussi être prêt à accepter le risque, car, à moins d’avoir un emploi à temps partiel, votre seul revenu proviendra de vos contrats à la pige. Heureusement, il existe d’autres moyens pour financer votre entreprise. Une fois ce souci financier réglé, vous pouvez consacrer toute votre énergie au développement de votre carrière en solo.

Débuter pendant vos études

Pour certaines personnes, partir à son compte en tant qu’étudiant est la meilleure chose à faire, pendant qu’elles ont peu de responsabilités personnelles. Dans son Guide du travailleur autonome 3.0, Jean-Benoît Nadeau affirme qu’il est possible de se lancer en affaires pendant cette période de votre vie, à la condition de savoir gérer son temps et d’être capable de remplir ses obligations. Autrement, votre entreprise peut nuire à vos études et vice-versa.

Or, si vous êtes en mesure de respecter vos échéances, vous avez accès à des ressources inestimables. Par exemple, il existe, au sein de votre établissement scolaire, un organisme offrant des services d’accompagnement en entrepreneuriat (ex. : CERUS, Entrepreneuriat Laval, Entrepreneuriat@UQAR…). De plus, si votre formation offre un stage en entreprise, il s’agit d’une opportunité pour établir de nouveaux contacts. Enfin, vos professeurs et chargés de cours peuvent vous épauler dans votre projet entrepreneurial.

Comme vous pouvez le constater, il n’est pas nécessaire d’avoir de l’expérience avant de devenir pigiste. S’il y a bien entendu des inconvénients à débuter plus tôt, il existe heureusement des ressources, financières ou humaines, pouvant vous soutenir durant votre phase de démarrage. Peu importe le moment où vous souhaitez vous lancer, l’important est que vous soyez totalement à l’aise avec votre décision. Et vous, à partir de quel moment vous êtes-vous lancé?

Participez à la discussion

PARTAGER
Les opinions exprimées par les collaborateurs du blogue sont celles de leur auteur et ne reflètent pas nécessairement l’opinion de PIGE.quebec.
Christine Hébert

Curieuse, je m’intéresse à plusieurs sujets, que ce soit l’actualité, l’histoire ou la culture populaire. Mon amour pour la série télévisée « Dans une galaxie près de chez vous » m’a inspiré pour mon mémoire de maîtrise. Ce dernier, qui devint par la suite mon premier livre, vulgarise les Duggies, le nom donné aux fans de cette série. Depuis, je m’intéresse aux études de fans en rédigeant des articles pour mon blogue « Nous sommes fans ».