03:35. La lueur blafarde du réveil vous rappelle inexorablement depuis deux heures déjà que cette nuit sera à mettre dans le passif de votre bilan financier émotif. Comme ce fut le cas pour les trois dernières. C’est l’insomnie avec un grand I. Comme dans Il ne rentre plus de contrats, Il ne me reste presque plus de sous à la banque. Immanquablement, je vais faire faillite. Il faut trouver une solution. Immédiatement. Incapable. Inapte. Incompétent…

Les nuits blanches ne sont certes pas l’apanage des pigistes. Tout un chacun peut vivre des moments où inopinément, en plein milieu de la nuit, le petit hamster se met à tourner, le cœur à palpiter, la tête à cogiter, en rond, dans le beurre.

Et on s’entend, ruminer ça ne rapporte rien ; ça ne fait qu’éventuellement attaquer la couche d’ozone, et ce, uniquement si on est un bovin. Mais si l’on approche sa propre situation d’une façon plus pragmatique, ce sombre moment peut devenir le tremplin d’un monde meilleur, le nôtre.

Trouvez des contrats à la pige au Québec

Augmentez votre visibilité auprès de clients potentiels en publiant votre profil dans notre répertoire dès maintenant OU devenez membre PRO afin de soumissionner sur des contrats en appel d'offres publiés sur notre communauté web.
Créez votre profil gratuitement

 

Quand on avance, on ne recule pas. Mais faut pas pour autant tourner en rond.
Quand on avance, on ne recule pas. Mais faut pas pour autant tourner en rond.

Profitez du temps libre pour regarder objectivement votre situation. Qui dit objectivité, dit recul. Et qui dit recul, dit distance. Donc, sortez ! De chez vous, de votre marasme, de votre (tor)peur, de votre niveau de confort, de vos gonds s’il le faut, mais sortez 🙂

Faites prendre l’air à vos idées. Allez les voir au grand jour. S’il est vrai que dans les sables mouvants l’immobilité est une chose souhaitable, dans le cas de sables mouvants mentaux, on doit se secouer à tout prix. Enfilez vos espadrilles, enfourchez votre bécane et allez affronter votre monde.

Examen de conscience = examen de confiance

L’exercice consiste surtout à déplacer l’appréciation du moment présent d’un niveau émotif à un niveau rationnel. Émotivement, les pensées peuvent être par exemple « l’industrie ne veut plus de moi », « j’ai peur de la suite », « les autres sont meilleurs », « j’ai pas d’expérience », etc. Assez paralysant comme curare mental, non ?

Mais si rationnellement, ces mêmes pensées devenaient plutôt « l’industrie a changé », « qu’est-ce que je veux faire — ou ne plus faire », « quelles sont les compétences à acquérir », « quels sont les moyens à ma disposition pour acquérir de l’expérience ». Ça respire déjà un peu mieux, non ?

En fait, l’idée de base, c’est de profiter de cette pause involontaire pour refaire le point sur votre offre dans un contexte où tout évolue. Ce qui était vrai hier ne l’est peut-être plus aujourd’hui. Et ne le sera fort probablement plus demain.

Cet exercice devrait vous permettre d’identifier des opportunités, ce qui est chouette, mais aussi vos trappes à rats professionnelles, ces automatismes qui minent votre croissance en vous confinant dans un rassurant, mais stérile statu quo.

  • Qu’est-ce qui fonctionne bien ? Qu’est-ce qui semble fonctionner moins bien ? Pourquoi ?
  • Votre marché a-t-il changé ? Comment ? Pourquoi ? En quoi cela vous affecte-t-il ?
  • Votre offre est-elle encore pertinente ? Pour qui ? Y a-t-il d’autres marchés similaires à explorer/creuser ?
  • Pour qui votre offre n’est-elle plus pertinente ? Pourquoi ?
  • Quelles sont vos zones de faiblesse, de fragilité ? Pourquoi ?
  • Quelles sont vos forces ? Vos potentiels inexploités ?
  • Quelles sont les compétences à acquérir ? Comment ?
  • Quels sont vos éléments de distinction (avant on disait USP – unique Selling Proposition, maintenant à l’ère de la taxonomie multiple, faut penser MSP – Multiple Selling Propositions).

Penser en dehors de sa boite

Penser en dehors de sa boite
Crânienne, d’abord et avant tout, mais aussi celle dans laquelle vous percevez votre champ d’action.

Crânienne, d’abord et avant tout, mais aussi celle dans laquelle vous percevez votre champ d’action. Par exemple, un emploi à temps partiel vous permettrait peut-être de stabiliser vos entrées, tout en vous donnant le temps pour aller chercher de nouveaux clients. Le troc entre pigistes (ou clients !) pourrait vous permettre de pallier certains manques (pub, commercialisation, rédaction, design, etc.) — tout en créant de nouveaux liens d’affaires. L’association (de fait ou informelle) avec d’autres pigistes de disciplines complémentaires pourrait vous doter d’une force de frappe plus grande.

Le carnet de commandes vide, c’est l’équivalent de la page blanche du romancier. À la base, elle est une source d’angoisse, d’inconnu, mais aussi de possibilités. Le stress est une concentration d’énergie. Utilisée à bon escient, cette énergie nous permet de grandir, d’évoluer, d’aller là où on ne pensait pas pouvoir aller. Mais elle peut aussi servir à faire tourner la petite roue de hamster. À nous de choisir. Vous pigez ?

Bonne nuit 😉

Jasons-en sur Twitter via le #TuPiges.

Participez à la discussion

PARTAGER
Les opinions exprimées par les collaborateurs du blogue sont celles de leur auteur et ne reflètent pas nécessairement l’opinion de PIGE.quebec.
Normand Miron
Planificateur et créatif numérique issu du monde de la publicité traditionnelle, Normand oeuvre dans le domaine de la communication d’affaires depuis une vingtaine d’années, en agences et depuis quelques années, à son propre compte chez miron & cies. Blogueur passionné, il alimente de pointes de conversation son propre podcast (Das Pizzcast) et collabore régulièrement avec le Grenier Magazine en tant que chroniqueur/journaliste.