« Vous avez dit historien-consultant? » Mais qui engage des historiens ? Les réponses sont multiples. Dans les secteurs traditionnels, on retrouve les municipalités, les médias d’information, les musées, les centres d’archives et les agences gouvernementales. Dans les secteurs non traditionnels, les firmes de communications, les commerces, les concepteurs de jeux vidéo, les compagnies financières, les coopératives et les associations professionnelles.

Pourquoi donc engager un historien-consultant? Les entreprises et les associations engagent généralement des historiens lorsqu’elles soulignent un 50e anniversaire et parfois un 100e anniversaire. On lui demande de localiser et de rassembler les archives dans le but de créer une page web, ou un document imprimé sous forme de brochure ou de livre.

Faire connaître la maturité d’une entreprise par le travail d’un historien-consultant est une facette du marketing de contenu. La compagnie américaine John Deere, à qui l’on attribue la naissance de ce type de marketing, consacre une partie de son site web à son histoire. Créée à Québec en 1987, la brasserie L’Inox choisit dans son site internet de montrer que ces activités sont en continuité avec une vieille tradition brassicole à Québec.

Offrez vos services en ligne gratuitement

Offrez vos services en ligne sur la première place d'affaires web dédiée uniquement au Québécois. Augmentez votre visibilité auprès de clients potentiels dès maintenant. Créez votre profil

On peut aussi avoir recours à un historien-consultant lorsque l’on crée une nouvelle entreprise. L’idée est surprenante, mais elle peut donner des résultats intéressants. Une nouvelle boulangerie s’installe dans un quartier. Ses locaux se situent dans une maison ancienne du 19e siècle. Le boulanger est un passionné d’histoire, mais il n’a pas le temps de se plonger dans une chaine de titres et de faire la biographie des occupants de la maison.

S’il confie un mandat de recherche à un historien, ce boulanger pourra rassembler en peu de temps assez d’informations et de photographies anciennes pour utiliser ensuite ce matériel à des fins décoratives ou promotionnelles.

L’historien n’est plus ce qu’il était, il s’est adapté aux demandes d’une clientèle diversifiée.

Participez à la discussion

PARTAGER
Les opinions exprimées par les collaborateurs du blogue sont celles de leur auteur et ne reflètent pas nécessairement l’opinion de PIGE.quebec.