À peu près tous les domaines d’emploi possèdent une ou des associations professionnelles. Si elles ont chacune leur particularité par rapport à la profession qu’elles représentent, elles ont de nombreux points communs. La raison d’être de beaucoup d’associations professionnelles est de protéger ses membres et de travailler pour le bien de la profession. Elles offrent aussi des avantages et des services qui peuvent être bien utiles comme des rabais variés, de la formation continue, un profil dans un répertoire ou un accès à des offres de contrats. Au-delà de tout cela, comment peuvent-elles être utiles lorsqu’on débute dans une carrière de travailleur autonome? Voici quelques indications qui peuvent vous aider à voir si ça vaut la peine de devenir membre d’une association en début de carrière.

Avantages pour les débutants

Comme cela a déjà été mentionné ici, les associations peuvent présenter de belles occasions de réseautage. Plusieurs événements comme des congrès, des ateliers, des conférences ou de simples rencontres permettent de rencontrer des personnes de la même profession et ainsi développer des contacts. À titre d’exemple, l’Association québécoise des informaticiens et informaticiennes indépendants (AQIII) organise régulièrement des 5 à 7 pour ses membres. Notons que tous ces événements sont quelques fois accessibles aux non-membres, mais à des coûts un peu plus élevés.

Certaines associations offrent aussi des services de mentorat qui, comme cet article le présente, comporte beaucoup de bienfaits, surtout en début de carrière. Le mentorat est offert entre autres à la Société québécoise de rédaction professionnelle (SQRP) , l’AQIII et la Société des designers graphiques du Québec (SDGQ).

Trouvez des contrats à la pige au Québec

Augmentez votre visibilité auprès de clients potentiels en publiant votre profil dans notre répertoire dès maintenant OU devenez membre PRO afin de soumissionner sur des contrats en appel d'offres publiés sur notre communauté web.
Créez votre profil gratuitement

Finalement, la plupart des associations sont accessibles pour les étudiants avec des tarifs avantageux. Ça permet donc d’avoir un pied dans le milieu avant d’avoir un diplôme.

Ce ne sont pas toutes les associations qui offrent ces avantages, mais la plupart offrent quelque chose d’intéressant pour les gens en début de carrière.

Choisir son association

Certaines associations ne s’adressent pas qu’aux travailleurs autonomes. Par exemple, la SQRP s’adresse autant aux indépendants qu’aux salariés. Dans le même ordre d’idée, la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) et l’association des journalistes indépendants du Québec (AJIQ) sont toutes les deux des associations pour les journalistes, mais l’AJIQ offre des services qui visent spécialement les travailleurs autonomes de la profession. La FPJQ offre aussi des services intéressants, mais moins ciblés pour les indépendants. Dépendant comment vous vous sentez dans votre travail, vous pouvez trouver votre compte dans l’une ou dans l’autre, ou même dans les deux.

Certaines associations sont aussi très ciblées. Un exemple parmi tant d’autres, l’ACRA est l’Association des communicateurs et rédacteurs en agroalimentaire. À moins d’avoir une visée très précise, c’est plutôt préférable de devenir membre d’une association plus générale au commencement. Rien ne vous empêche, par contre, de participer à des activités sans en être encore membre si vous visez une branche de la profession en particulier.

Toutes les associations proposent différents types d’adhésion pour différentes cotisations. Comme la cotisation peut s’élever à quelques centaines de dollars par année, ça demande réflexion lorsqu’on débute dans le métier. Les différents types d’adhésion sont présentés habituellement assez clairement sur leur site Internet. La liste des services offerts est aussi habituellement plutôt exhaustive. La meilleure chose à faire avant de faire un choix est donc de prendre le temps de consulter les options qui s’offrent à vous.

Quelques associations

Voici quelques autres associations qui n’ont pas été mentionnées dans l’article. Vous pouvez aussi consulter cette liste qui en recense un bon nombre au travers le Canada.

CLEF : Carrefour des langagiers entrepreneurs / Language Entrepreneurs Forum. Anciennement l’Association des travailleurs autonomes et micro-entreprises en services linguistiques (ATAMESL)

Illustration Québec: Association des illustrateurs et illustratrices du Québec.

APDIQ : Association professionnelle des designers d’intérieur du Québec

ACR : association canadienne des réviseurs

PARTAGER
Les opinions exprimées par les collaborateurs du blogue sont celles de leur auteur et ne reflètent pas nécessairement l’opinion de PIGE.quebec.
Je suis devenue journaliste par passion après un bref passage en enseignenement. Très curieuse, je m'intéresse à toutes sortes de choses qui touchent l'actualité, les sciences, la politique, l'histoire, la bande dessinée, la culture populaire et tout ce qui peut attirer mon attention. Je partage mes découvertes sur mon blog, emmalacasse.com.