« Quel est ton taux horaire? » La question se pose inévitablement. Normal. Le client est en droit de savoir ce qu’il lui en coûtera pour obtenir les services d’un professionnel. Et quand nous, pigistes, sommes à la recherche de mandats, grande est la tentation de facturer moins cher. Moins cher que les autres, même. Quitte à briser le marché. Si vous cédez à la tentation, vous ne servez personne. Ni le client. Ni votre profession. Pas même vous.

Des professionnels au rabais

Un rédacteur à 30 $ l’heure. Une réviseure à 15 $ l’heure. Une infographiste à 25 $ l’heure. Voilà de quoi allécher n’importe quel client. Pour mettre les choses en perspective, rappelez-vous qu’il existe actuellement chez nous tout un débat sur le salaire minimum à 15 $. Seriez-vous prêt à travailler pour le salaire minimum? En dépit de vos études, de votre expérience, de votre talent? Vraiment?

5 bonnes raisons de facturer le plein tarif

1. Pour vivre convenablement de votre profession.

En vendant vos services au rabais, vous devrez multiplier les clients et les mandats pour arriver à tirer des revenus corrects de votre art. Quinze dollars l’heure, ce n’est pas assez pour vivre. Vous devrez faire des journées qui n’en finissent plus pour toucher un salaire décent. Vous vous dites que vous pourrez, au fil du temps, augmenter vos honoraires? Supposons que vous suiviez l’inflation et que vous augmentiez annuellement vos tarifs de 3 ou de 5 %. Combien d’années travaillerez-vous à faible taux pour récupérer le manque à gagner? Suffisamment pour que le coût de la vie augmente et que vous n’arriviez toujours pas à obtenir une rétribution équitable pour votre travail. Par ailleurs, en rehaussant vos prix, vous travaillerez moins pour toucher autant de revenus.

2. Pour ne pas briser le marché et éviter de tirer tous les autres membres de votre profession vers le bas.

Publiez votre profil gratuitement dans notre répertoire de pigistes

Augmentez votre visibilité auprès de clients potentiels en publiant votre profil dans notre répertoire dès maintenant OU devenez membre PRO afin de soumissionner sur des contrats en appel d'offres publiés sur notre communauté web.
Créez votre profil gratuitement

En d’autres mots, vous livrez une concurrence déloyale à vos collègues. Ce sont eux les pires, croyez-vous? Pensez-y : rien ne vous assure qu’un jour, vous n’aurez pas à recourir à leurs services ou à obtenir leurs conseils sur certains aspects du travail. Si vous vous targuez d’offrir les meilleurs tarifs sur le marché, vous avez la certitude que personne ne viendra vous aider en cas de besoin. Plus encore, si quelqu’un accepte, vous devrez payer plus cher cette personne et vous en tenir aux tarifs que vous avez annoncés à vos clients. En clair, vous débourserez de votre propre poche pour faire exécuter le travail, en plus de devoir en contrôler la qualité.

3. Pour rendre justice à l’ensemble de votre profession.

En facturant des tarifs insignifiants, vous n’aurez d’autre choix que de bâcler le boulot pour réussir à en tirer une maigre pitance. Dans les deux cas, vous projetez une image peu professionnelle de vous-même et contribuez à alimenter une certaine méfiance des entreprises à l’égard des pigistes. Pire, c’est à l’ensemble de votre profession que vous faites ombrage, en donnant l’impression que vos compétences – et celles de vos pairs – valent moins que le salaire minimum. Comprenez-moi bien : il ne s’agit pas de surfacturer ou de surestimer votre valeur. Il s’agit d’établir un juste prix pour l’ensemble des compétences que vous avez dû développer pour offrir vos services et livrer des résultats.

4. Pour gagner en crédibilité.

Supposons que vous envisagiez d’acheter un téléviseur. Vous vous rendez dans un magasin d’électronique et constatez qu’un modèle est à 200 $ et l’autre, à 800 $. Pourtant, les deux présentent des caractéristiques semblables : même taille, même technologie, mêmes options. Il y a fort à parier que vous opterez pour le second modèle. Même s’il est quatre fois plus coûteux. Pourquoi? Parce qu’un prix trop peu élevé est associé aux produits de piètre qualité. La même logique s’applique quand il s’agit de vendre vos services. Des honoraires trop peu élevés suscitent la méfiance. Les clients ne sont pas dupes : si vous facturez un prix dérisoire, il vous sera humainement impossible d’assurer votre rentabilité sans compromettre la qualité de vos services. Vous augmenterez par le fait même les risques d’erreurs. Dans ce cas, votre client pourra dire qu’il avait bien raison de vous payer moins cher, puisque vos tarifs reflètent la qualité de ce que vous livrez.

5. Pour couvrir l’ensemble de vos dépenses et du temps non facturable que vous consacrez au développement de vos affaires.

Vous en tenir à la seule prestation de vos services pour déterminer vos honoraires est une erreur. À titre de pigiste, vous devez faire de la prospection, tenir votre comptabilité, assurer vos vieux jours, payer des taxes et des impôts, remplacer votre matériel usé… Autant d’activités non facturables. Il vous faut en tenir compte pour établir un prix honnête tout en vous assurant de bien couvrir l’ensemble des autres dépenses et du temps investi à d’autres tâches que la production. Votre qualité de vie, mais aussi la pérennité de votre entreprise en dépendent. À 25 $ l’heure avant impôts, vous devrez multiplier les heures de façon exponentielle pour y arriver. Combien de temps tiendrez-vous?

Établir le juste prix

Si vous débutez dans votre profession, il est possible que vous ne soyez pas tout à fait à l’aise avec l’idée de facturer les mêmes honoraires que ceux exigés par un professionnel qui cumule 25 ou 30 ans de métier. Avec l’expérience viennent l’habitude, les connaissances, les réflexes, la rapidité d’exécution, etc. Prenez la peine de vous informer sur les tarifs d’autres professionnels comme vous. Une fois que vous aurez un bon aperçu, établissez le salaire acceptable que vous pourriez retirer de votre travail et divisez-le par le nombre de jours que vous planifiez travailler dans l’année en tenant compte des fins de semaine et des vacances. Si vous souhaitez obtenir 60 000 $ brut par année – ce qui est loin d’être exagéré – et que vous pensez travailler, grosso modo, 200 jours, vous devez facturer 300 $ quotidiennement. Si vous faites de bonnes journées de 7 heures, vous devrez facturer autour de 42 ou 45 $ pour y arriver, ce qui est plus qu’honnête. Pas la mer à boire, mais pas le salaire minimum.

Se donner la chance d’apprendre sans mettre son avenir en jeu

Vous entamez votre carrière? Il est possible que vous mettiez un peu plus de temps qu’un « vieux pigiste » à réaliser ce que vous devez réaliser. C’est normal. Si vous jugez que facturer toutes vos heures est exagéré, vous avez plutôt avantage à assumer une partie de votre « courbe d’apprentissage » : absorbez quelques heures en ne les facturant pas, au lieu d’abaisser votre tarif. Croyez-moi, vous gagnerez bien plus rapidement en vitesse et en efficacité que le temps que vous mettrez à obtenir des revenus intéressants en augmentant vos tarifs de 2 $ par année.

Participez à la discussion