Il existe plusieurs types de clients. Mais dans la vie de pigiste, fondamentalement, y en a que deux. Du côté inspirant de la relation, le phare, celui qui sait obtenir le meilleur de toi-même. Et du côté obscur, l’éteignoir, celui qui veut tout obtenir, point. Tu piges ?

À la base de toute relation d’affaires, il existe le principe inspirant de la relation. Une véritable union, complémentaire, équilibrée et bidirectionnelle. Un plus un égale trois, quoi. Dans le cas de l’éteignoir, cette apparente relation est une façade chambranlante. Basée sur une précaire dynamique de pouvoir (j’ai les sous > je sais ce que je veux > fais-le > pour le moins cher possible), elle est vouée à faire ressortir le moins bon des deux parties. Un moins un égal quoi? Pas grand-chose.

Comprends-moi. Je ne critique pas l’inévitable négociation financière. C’est de bonne guerre. Que l’on cherche le meilleur rapport qualité-prix, cela va de soi ; si on le fait tous les jours lorsqu’on choisit son resto ou que l’on s’achète une paire de chaussettes, pourquoi pas le faire avec son pigiste? Fair enough. Dans la mesure où on peut établir clairement la nature de la qualité recherchée. Pas toujours évident.

L’éteignoir sait tout

L'éteignoir
L’éteignoir, ce client qui se prive inconsciemment du meilleur de ses ressources

Trouvez des contrats à la pige au Québec

Augmentez votre visibilité auprès de clients potentiels en publiant votre profil dans notre répertoire dès maintenant OU devenez membre PRO afin de soumissionner sur des contrats en appel d'offres publiés sur notre communauté web.
Créez votre profil gratuitement

Il sait à l’avance de quoi aura l’air son logo. Il sait comment il veut sa gestion de communauté sur Facebook. Son futur site, il connait déjà le front end et le back end à utiliser. Son seul problème, il ne peut pas le faire lui-même.

Comme il sait tout, il s’attend à payer le minimum. Ça lui prend donc un preneux de commande. « Du balai, tes 12 ans de métier, fais ce que je dis. I know better! » dit celui qui sera inévitablement déçu à la livraison du projet. « Quoi? Je te paie XX$, et ça donne cette laideur?!? You’re fired! »

Notre pauvre pigiste se retrouve en effet bien brûlé. Plutôt que d’avoir eu l’occasion de mettre à profit son savoir-faire, sa créativité et son talent, il se retrouve avec une autre job privée de l’accès au portfolio. Dans le pire des cas, il se retrouve aussi avec un client en moins. Triste nouvelle pour les deux parties, n’est-ce pas?

Inspire-nous!

Le phare
Le phare, ce client qui sait inspirer, nourrir, cultiver le talent.

Tu veux obtenir le meilleur de ton pigiste? Laisse-le travailler AVEC toi (pas POUR toi). Ne lui dis pas quoi faire, demande-lui plutôt de se mêler de tes affaires! Explique-lui ta business, tes besoins, tes aspirations. Sois franc, parle-lui ton budget ; il te présentera des options, il précisera ses recommandations, tu choisiras, t’inquiètes! Surtout, essaye de ne pas jouer à l’expert dans son domaine. C’est pour ça que tu le paies, non? L’acheter au rabais pour exécuter tes drôles d’idées, ce n’est pas une économie, c’est mal dépenser ton argent. Et ton temps. Tu piges?

Jasons-en sur Twitter via le #TuPiges, @PigeQuebec et @pizza4all. Tu piges?

PARTAGER
Les opinions exprimées par les collaborateurs du blogue sont celles de leur auteur et ne reflètent pas nécessairement l’opinion de PIGE.quebec.
Normand Miron
Planificateur et créatif numérique issu du monde de la publicité traditionnelle, Normand oeuvre dans le domaine de la communication d’affaires depuis une vingtaine d’années, en agences et depuis quelques années, à son propre compte chez miron & cies. Blogueur passionné, il alimente de pointes de conversation son propre podcast (Das Pizzcast) et collabore régulièrement avec le Grenier Magazine en tant que chroniqueur/journaliste.