Le travail autonome et le télétravail offrent divers avantages, dont la possibilité d’éviter le trafic. Si la technologie permet de travailler à distance, devient-il possible de s’établir en région et, ainsi, de créer un exode urbain? La réponse étant plutôt difficile à répondre, commençons par connaître la tendance en matière de travail autonome et de télétravail.

Le travail autonome et le télétravail au fil des ans

Graphique travail autonome Canada évolution 1986 à 2006

En termes de chiffres, il y a plus de Canadiens qui exercent le travail autonome qu’auparavant. D’après ce tableau de Statistique Canada, 2 725 300 personnes sont travailleurs autonomes au Canada en 2014 alors qu’il n’y en avait que 1 656 100 personnes en 1986. Si on compare la situation du télétravail en Amérique du Nord, le Québec accuse quelques années de retard. En effet, en 2014, la province avait 13,7 % de travailleurs autonomes contre 15,3 % au Canada; aux États-Unis, les travailleurs autonomes représentent 34 % de la population active.

Offrez vos services en ligne gratuitement

Offrez vos services en ligne sur la première place d'affaires web dédiée uniquement au Québécois. Augmentez votre visibilité auprès de clients potentiels dès maintenant. Créez votre profil

Côté télétravail, les chiffres sont peu encourageants : selon un sondage de BMO Groupe financier de 2012, 16 % des entreprises québécoises de 50 employés et moins pratiquent le télétravail contre 31 % dans le reste du pays.

Il peut être difficile de prévoir le futur du travail autonome. D’après Emploi-Avenir Québec, il existe plusieurs facteurs pouvant influencer son évolution :

  • la tendance à l’impartition et à la sous-traitance;
  • l’organisation du travail;
  • la disponibilité accrue des moyens de télécommunication;
  • le vieillissement de la population;
  • la réglementation pour les employeurs du travail salarié;
  • la conjoncture économique.

Il est intéressant de noter qu’une grande partie des entrepreneurs des générations X et Y s’intéresse au télétravail : en effet, celui-ci est devenu le mode de vie pour 62 % des entrepreneurs de la génération Y. Bien que le travail autonome et le télétravail ne connaissent pas une hausse fulgurante, ils sont de plus en plus envisagés, surtout par les plus jeunes travailleurs. Or, peuvent-ils contribuer à l’exode urbain vers les régions?

L’exode urbain vers les régions

Grâce au bulletin Coup d’œil sociodémographique, publié par l’Institut de la statistique du Québec, il est possible d’avoir une vue d’ensemble de la situation. En mars dernier, ce bulletin a dévoilé ses données sur la migration interrégionale au Québec en 2013-2014. Nous pouvons ainsi constater que Montréal a connu une perte migratoire de 14 981 personnes. Qu’en est-il des autres régions?

Pour les régions adjacentes à Montréal, soit Laval, Lanaudière, les Laurentides et la Montérégie, elles ont obtenu un gain total de 9 326 personnes. Dans le cas de la zone intermédiaire, qui comprend la Capitale-Nationale, Chaudière-Appalaches, la Mauricie, le Centre-du-Québec, l’Estrie et l’Outaouais, elle a eu un gain total de 4 793 personnes. Enfin, la zone éloignée, qui inclut la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, le Bas-Saint-Laurent, la Côte-Nord, le Saguenay-Lac-Saint-Jean, l’Abitibi-Témiscamingue et le Nord-du-Québec, a obtenu un déficit total de 2 426 personnes.

Est-il possible de croire que le travail autonome ou le télétravail ait pu contribuer à une revitalisation des régions? S’il est difficile d’affirmer cette hypothèse à 100 %, elle reste néanmoins plausible, surtout pour les régions autour des grands centres urbains. Par contre, le travail autonome ou le télétravail semble peu populaire dans les régions éloignées. Comme le mentionne la direction régionale d’Emploi-Québec pour la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, le télétravail demeure « un phénomène marginal dans la région ».

Heureusement, certaines initiatives commencent à faire effet. Par exemple, l’organisme Conservation de la nature a permis à une de ses employées de s’établir en Gaspésie et de continuer son travail à distance. Du côté de l’entreprise CGI, son bureau de Saguenay facilite le télétravail auprès de ses travailleurs. Bref, le travail autonome et le télétravail en région sont possibles, à la condition que votre employeur soit ouvert face à cette idée. Êtes-vous prêt à vous lancer dans cette aventure?

Participez à la discussion

PARTAGER
Les opinions exprimées par les collaborateurs du blogue sont celles de leur auteur et ne reflètent pas nécessairement l’opinion de PIGE.quebec.
Christine Hébert

Curieuse, je m’intéresse à plusieurs sujets, que ce soit l’actualité, l’histoire ou la culture populaire. Mon amour pour la série télévisée « Dans une galaxie près de chez vous » m’a inspiré pour mon mémoire de maîtrise. Ce dernier, qui devint par la suite mon premier livre, vulgarise les Duggies, le nom donné aux fans de cette série. Depuis, je m’intéresse aux études de fans en rédigeant des articles pour mon blogue « Nous sommes fans ».