La procrastination, ou l’art de remettre une tâche au lendemain, a mauvaise réputation dans le milieu du travail. Nombreux sont les articles (incluant les nôtres) donnant des trucs pour vaincre la procrastination et ainsi devenir plus productif. Et si la procrastination avait aussi des avantages pour le travailleur autonome?

Interviewé par le Smithsonian Mag, Frank Partnoy, auteur du livre Wait: The Art and Science of Delay, rappelle qu’il existe deux types de procrastination, soit la procrastination active et la procrastination passive :

« Active procrastination means you realize that you are unduly delaying mowing the lawn or cleaning your closet, but you are doing something that is more valuable instead. Passive procrastination is just sitting around on your sofa not doing anything. That clearly is a problem. »

Trouvez des contrats à la pige au Québec

Augmentez votre visibilité auprès de clients potentiels en publiant votre profil dans notre répertoire dès maintenant OU devenez membre PRO afin de soumissionner sur des contrats en appel d'offres publiés sur notre communauté web.
Créez votre profil gratuitement

Si vous pratiquez la procrastination active, il est possible que vous ayez remarqué certains avantages. En fouinant à travers différents articles, nous en avons identifié trois.

Elle aide à prendre de meilleures décisions

Parfois, il est tentant de répondre immédiatement à un courriel afin de ne pas faire attendre notre interlocuteur. Si ce courriel n’est pas urgent, pourquoi ne pas vous donner plus de temps pour y répondre? Selon cet article d’Inc.com, la procrastination favorise la créativité : pendant que vous vaquez à d’autres occupations, votre cerveau recueille subconsciemment des idées. Et plus vous avez des idées, plus il vous sera facile de choisir la meilleure solution.

Elle permet de prioriser les tâches les plus importantes

Êtes-vous un adepte des «  to-do lists »? Si oui, vous avez probablement constaté que certaines tâches étaient raturées plus facilement que d’autres. Et il n’y a pas de honte à délaisser ces tâches qui vous déplaisent. Il se pourrait même qu’elles ne soient pas nécessaires. Sur Bustle, Erica Florentine raconte son expérience personnelle par rapport à ces listes : « as a procrastinator, yesterday I had a giant, detailed to-do list for the day. Given much of my morning was spent in that “active procrastination” stage, I ultimately realized a couple of items on my list were actually more of space fillers than anything else. I ended up scratching them from the list all together, as I realized they simply weren’t relevant for my day. »

Elle rend la vie plus agréable

Lorsque vous procrastinez, votre source de distraction peut être bénéfique, puisqu’elle permet de diminuer votre stress et, du coup, vous évite de faire un burn out. Autre point positif : la procrastination rend les excuses plus significatives. En effet, d’après cet article de Fast Company, une excuse est plus efficace six heures après un incident, notamment parce que les personnes impliquées ont eu le temps d’encaisser les émotions liées audit incident et de réfléchir sur les causes ayant mené à cette situation. Bref, la procrastination contribue à améliorer vos relations interpersonnelles.

Pour conclure, la procrastination a ses avantages, mais il ne faut pas oublier ses inconvénients. Par exemple, si la fin d’un délai vous cause plus de stress, la procrastination n’est pas une bonne idée dans cette situation. Et vous, êtes-vous du type plus ponctuel ou plus procrastinateur?

PARTAGER
Les opinions exprimées par les collaborateurs du blogue sont celles de leur auteur et ne reflètent pas nécessairement l’opinion de PIGE.quebec.
Christine Hébert
Curieuse, je m'intéresse à plusieurs sujets, que ce soit l'actualité, l'histoire ou la culture populaire. Mon amour pour la série télévisée « Dans une galaxie près de chez vous » m'a inspiré pour mon mémoire de maîtrise. Ce dernier, qui devint par la suite mon premier livre, vulgarise les Duggies, le nom donné aux fans de cette série. Depuis, je m'intéresse aux études de fans en rédigeant des articles pour mon blogue « Nous sommes fans ».