Vous acceptez quelques contrats ici et là, vous êtes tenté de vous lancer à 100 % comme travailleur indépendant, et malgré tout vous n’êtes pas certain d’avoir ce qu’il faut. Au Québec, de plus en plus de citoyens choisissent de devenir travailleurs autonomes. En 2010, ils étaient plus de 500000 à faire le saut et cette donnée ne cesse d’augmenter depuis. De plus, tout indique que le pigiste est beaucoup plus heureux que le travailleur moyen: l’indice de bonheur du travail moyen (IRB-T) se situe à 72,38 tandis que l’IRB-T du travailleur autonome est de 82,67. De quoi s’interroger et donner envie de succomber! Bien que se lancer à son compte semble alléchant, plusieurs pigistes conviendront qu’être travailleur indépendant comporte son lot de petits stress quotidiens: insécurité financière, recherche de nouveaux clients, promotion de l’entreprise, et bien davantage. Alors, un travailleur autonome, ça mange quoi pour être si heureux?

Passion

Toute personne qui se lance à son compte le fait par passion ou par intérêt marqué pour un domaine, un art ou une tâche. On ne se jette pas dans le vide pour rien. Il faut que l’envie très forte de faire profiter de son service et de son talent aux autres soit de la partie!

Objectifs et détermination

Un travailleur autonome heureux, c’est un travailleur autonome qui a une vision et des objectifs clairs pour l’avenir de son entreprise. Court, moyen ou long terme, on ne se lance jamais tout à fait dans le vide sans avoir une petite idée de ce qu’on désire retirer de l’aventure et il faut s’attendre à affronter quelques embûches tout au long du parcours, c’est pourquoi il faut être déterminé à ne pas se laisser abattre trop tôt!

Défis

Offrez vos services en ligne gratuitement

Offrez vos services en ligne sur la première place d'affaires web dédiée uniquement au Québécois. Augmentez votre visibilité auprès de clients potentiels dès maintenant. Créez votre profil

Il faut aimer relever des défis! Que ce soit l’obtention d’un contrat qui nous propulserait encore plus loin, l’amélioration des méthodes de travail ou un client plus difficile (n’ayons pas peur des mots), le pigiste doit être prêt à relever ses manches et doit voir les « problèmes » sous forme de « défis ».

Liberté et autonomie

Du réveil au coucher, la journée du travailleur autonome n’est définie que par lui. Même s’il arrive que la qu’elle commence tôt ou se termine tard, le pigiste détermine le rythme des contrats, les méthodes, le lieu de travail, et plus encore. Être travailleur autonome, c’est aussi être libre de choisir quand et comment accomplir ses tâches.

Épanouissement

Sans contredit l’aspect le plus intéressant de toute l’aventure. Outre le fait d’apprendre sans cesse, de choisir son horaire et de vivre de sa passion, le sentiment d’accomplissement ressenti après chaque grande étape c’est une prime ajoutée au salaire obtenu et c’est ce qui pousse le travailleur à continuer le boulot.

Alors, oserez-vous ?

Participez à la discussion

PARTAGER
Les opinions exprimées par les collaborateurs du blogue sont celles de leur auteur et ne reflètent pas nécessairement l’opinion de PIGE.quebec.

Rédactrice et traductrice, je cumule plus de 10 années d’expérience dans le domaine des communications, ma compréhension de ce milieu et des défis qu’il engendre contribue grandement à mon travail auprès des entreprises que je côtoie.