Pour qui n’a pas fait de la rédaction sa spécialité, produire un texte peut devenir un véritable supplice. Normal. À chacun son métier, dit-on. Il n’en demeure pas moins que tôt ou tard, tout le monde est appelé à rédiger. Or, construire un texte, s’assurer d’être bien compris, offrir un écrit fluide et intéressant relève parfois de la haute voltige. Voici quelques secrets du métier qui vous aideront à rehausser le calibre de vos textes.

1. Faites un plan!

Trop « scolaire », le plan? Pourtant, même pour un rédacteur qui cumule 20 ans d’expérience, faire un plan – même sommaire – avant de se lancer est un formidable moyen d’orienter son texte, de déterminer une séquence logique selon laquelle il présentera les idées, de trouver un fil conducteur et, bien sûr, de déterminer quelles idées il abordera.

Lorsque vous devez vous rendre quelque part, vous devez connaître l’adresse de destination, savoir quel chemin vous emprunterez et par quel moyen de transport vous vous déplacerez. La même logique s’applique quand on rédige : on doit déterminer quel message on veut faire passer, comment on souhaite organiser la progression de nos idées pour atteindre notre objectif, quel type de document on rédige et de quelle façon on le diffusera.

2. Ayez le « sens du lecteur »

Offrez vos services en ligne gratuitement

Offrez vos services en ligne sur la première place d'affaires web dédiée uniquement au Québécois. Augmentez votre visibilité auprès de clients potentiels dès maintenant. Créez votre profil

Écrire, c’est communiquer. Et communiquer, c’est s’adresser à quelqu’un. Trop souvent, nous sommes pris dans un tourbillon de tâches, de suivis, de rencontres, d’objectifs à atteindre. Si bien que nous oublions avec qui nous communiquons. Nous négligeons de penser à la personne – lire « l’être humain qui a ses limites, ses soucis, ses contraintes et un bagage qui lui est propre » – qui nous lira.

Si vous n’avez qu’une seule question à vous poser, c’est celle-ci : qui me lira? Un client? Un partenaire d’affaires? Un collègue? Les attentes de l’un ne sont pas nécessairement les mêmes que celles de l’autre. Pour rédiger un texte qui sera lu et compris, il faut savoir se mettre dans les souliers de celui à qui on s’adresse et ne jamais perdre de vue ses attentes. Un bon rédacteur doit fondamentalement être empathique.

3. Mettez du rythme

Variez la longueur de vos phrases. Oui, vous avez appris très tôt qu’une phrase se compose d’un sujet, d’un verbe et d’un complément. Mais quelques entorses qui créent des effets de surprise ou qui traduisent une émotion serviront votre message.

Par exemple :

« Vous pensez que recourir aux services d’un rédacteur est trop coûteux? Erreur! Le rédacteur manie habilement les mots et, souvent, le fait plus rapidement et plus naturellement. Pendant qu’il excelle dans son travail, soit produire les textes dont vous avez besoin, vous excellez dans le vôtre. »

Ou encore :

« Réussir. À tout prix. C’est l’objectif que s’est donné Aline en amorçant son entraînement pour le marathon de Boston. »

4. Soignez les transitions

Les transitions, ce sont les liens qu’on fait entre les idées, entre les paragraphes, entre les phrases, même. Plusieurs personnes ont tendance à négliger cet aspect. Or, le secret d’un texte qui « coule » réside dans les transitions. Assurez-vous de bien utiliser les mots charnières : cependant, aussi, de plus, néanmoins, etc. Quand un lecteur oublie qu’il est en train de lire ou lorsqu’il ne fait aucun effort pour comprendre ce que vous lui racontez parce que la progression des idées semble aller d’elle-même, vous avez atteint votre objectif.

5. Misez sur la simplicité

À l’ère où tout va vite, il faut miser sur la simplicité. Exit, les phrases tordues, trop longues, trop « touffues »! Au lieu de « procéder à l’évaluation d’un programme X » pourquoi ne pas simplement dire « l’évaluer »? Pourquoi « faire l’analyse d’une mesure donnée » plutôt que « l’analyser »? En quoi « faire la démonstration qu’un produit est le meilleur » est-il plus éloquent que « démontrer que ce produit est le meilleur »? En évitant d’enfiler les verbes et les adverbes et en allant droit au but, vous apporterez plus de clarté à vos écrits, les enrichirez et gagnerez un temps précieux, tout comme ceux qui vous lisent. Sans compter que vous limiterez les risques de vous embourber dans vos mots et de faire des fautes d’accord ou de commettre des impairs sur le plan de la syntaxe. Si vous avez tendance à faire des contorsions rédactionnelles, donnez libre cours à vos instincts… Mais ensuite, épurez! Éliminez les mots inutiles, vides de sens et sans saveur.

Le célèbre auteur et poète du 17e siècle, Nicolas Boileau, a dit : « Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage. Polissez-le sans cesse, et le repolissez. Ajoutez quelquefois, et souvent effacez. » Et il avait raison. En rédaction, pas de miracle possible. Plus vous peaufinez, vos textes, plus vous les améliorez. Mais à défaut d’avoir le temps de « repolir sans cesse », appliquez quelques règles de base et déjà, vous constaterez la différence. Ou encore, confiez le travail à un rédacteur professionnel pour qui rédiger des textes impeccables est une seconde nature.

Participez à la discussion

PARTAGER
Les opinions exprimées par les collaborateurs du blogue sont celles de leur auteur et ne reflètent pas nécessairement l’opinion de PIGE.quebec.