J’ai participé récemment à la journée présentielle de la semaine des réseaux sociaux 2017 et le sujet principal portait sur les influenceurs. Qui sont-ils et comment travailler avec eux lorsqu’on est une entreprise? J’ai alors pris conscience qu’un influenceur est en réalité un travailleur autonome. En êtes-vous un?

Bien qu’ils aient l’air d’un phénomène nouveau, les influenceurs ont toujours existé. Mais qu’est-ce qui a changé depuis toutes ces années? Qu’est-ce qui fait qu’une véritable folie mondiale entoure actuellement les influenceurs? C’est l’accessibilité qui a évolué. Aujourd’hui, influencer les gens à consommer un produit ou privilégier une marque de vêtements n’est plus réservé aux vedettes de la chanson ou du cinéma, mais à ceux qui le désirent (voir ceux qui mettent l’effort et qui possèdent une communauté qui les suivent, bien entendu).

Dans les tendances à suivre en 2018, le marketing d’influence arrive en tête de liste.

Qu’est-ce qu’un influenceur?

Trouvez des contrats à la pige au Québec

Augmentez votre visibilité auprès de clients potentiels en publiant votre profil dans notre répertoire dès maintenant OU devenez membre PRO afin de soumissionner sur des contrats en appel d'offres publiés sur notre communauté web.
Créez votre profil gratuitement

La définition simple : une personne qui influence des gens. Non, sans blague? On pourrait le définir un peu mieux par une personne qui incite à l’action auprès d’une communauté qui présente un important taux d’engagement envers elle.

Les influenceurs sont généralement des gens qui œuvrent sur les différents médias sociaux. Des blogueurs, Instagrameurs, Youtubeurs, etc.

On les a vu exploser. On n’a qu’à penser au nombre de blogueuses maman! Le chiffre est astronomique. Certaines en font désormais leur gagne-pain principal.

Pour se dire influenceur, il ne suffit plus d’avoir 10 000 fans qui suivent notre page Facebook, des « likes » vides n’ont plus de valeur. Pour avoir un réel impact, il faut posséder une communauté engagée.

Micro-influenceurs

Il existe aussi les micro-influenceurs. Ceux qui rejoignent une communauté beaucoup moins vaste, mais beaucoup plus ciblée. C’est le cas par exemple, d’un blogue de tourisme écoresponsable ou un blogue sur le vélo de montagne. On ratisse moins large qu’un blogue voyage ou qu’un blogue sur le sport, mais on se forme une communauté très engagée et pertinente. Les micro-influenceurs sont aussi dans la mire des entreprises et des firmes de relations publiques.

Folie passagère?

Selon le panel de spécialistes des réseaux sociaux qui y état rassemblé (Bruno Guglielminetti, Nellie Brière, Frédéric Therrien et Frédéric Gonzalo), les influenceurs sont là pour rester dans les prochains 3 à 5 ans. Ensuite? Difficile de prévoir! Toutefois, une compagnie agile ne devrait pas mettre tous ces œufs dans le même panier. Autrement dit, varier ses sources de marketing et de publicité et ne pas miser uniquement sur le pouvoir d’un influenceur.

Constatation générale, même si le nombre d’abonnés les suivant sur les différentes plateformes est astronomique, les gens ont de la difficulté à s’autoproclamer influenceurs.

Lorsque c’est bien fait et que vous y mettez de l’effort, il y a moyen de monétiser l’influence que vous avez sur votre communauté, sur le sujet dans lequel vous êtes spécialiste. Y aviez-vous pensé?

Participez à la discussion