Si la grande majorité de vos revenus proviennent d’un seul client, vous pourriez courir certains risques. Outre le fait que ledit client pourrait décider de choisir un autre fournisseur, vous pourriez également encourir certaines conséquences fiscales, deux situations qui pourraient vous entraîner dans une impasse financière.

S’il est compréhensible que vous n’ayez qu’un seul client au début de votre carrière de travailleur autonome, cela l’est moins au fur et à mesure que progresse votre entreprise. Il existe plusieurs raisons pour lesquelles un travailleur autonome doit chercher à diversifier sa clientèle. Parmi celles-ci, on compte plusieurs types de risques comme le risque financier, bancaire, la vente à rabais ainsi que le risque fiscal.

Un risque financier important

Dépendre d’un seul client constitue une erreur majeure de la part d’un travailleur autonome. En effet, le fait de mettre tous ses œufs dans le même panier comporte un risque financier important. La situation financière d’une petite entreprise serait rapidement en péril le jour où ce seul client opterait pour un autre fournisseur ou pire encore, déclarerait faillite. Dans le premier cas, il serait possible de récupérer les sommes dues au client, mais la pression se ferait sentir à court et long terme, surtout, que les fonds à investir en publicité pour tenter de récupérer d’autres clients viendraient à manquer. Dans le cas de la faillite du client, l’impossibilité de récupérer les sommes dues s’ajouterait aux autres difficultés rencontrées.

Un risque bancaire

Trouvez des contrats à la pige au Québec

Augmentez votre visibilité auprès de clients potentiels en publiant votre profil dans notre répertoire dès maintenant OU devenez membre PRO afin de soumissionner sur des contrats en appel d'offres publiés sur notre communauté web.
Créez votre profil gratuitement

Le fait de n’avoir qu’un seul client représente un handicap important pour tout travailleur autonome qui souhaite obtenir du crédit auprès d’une institution financière. La plupart des institutions financières, qu’il s’agisse d’un prêt pour acheter de l’équipement, une carte de crédit, un prêt auto ou un prêt hypothécaire, s’assureront que vous disposez de plus d’une source de revenu stable lors de l’évaluation de votre dossier.

Un risque de vendre ses services à rabais

Le travailleur autonome se retrouve souvent coincé entre l’offre et la demande. Ainsi, un client qui sait qu’il est l’unique client d’un fournisseur pourrait être tenté de faire pression pour que le travailleur autonome baisse les prix de ses services. Le travailleur autonome pourrait alors accepter de vendre, ce qui risquerait de le mener vers des difficultés financières, surtout si ce geste entraîne des pertes d’entreprise. Ceci pourrait se solder par des mises à pied si le travailleur autonome embauche des salariés ou le fait de devoir mettre fin aux contrats d’autres entrepreneurs individuels agissant comme sous-traitants.

Dans le cas où l’entrepreneur individuel souhaiterait augmenter ses prix en raison de l’augmentation des frais d’exploitation, le client pourrait mettre fin au contrat de fourniture de services.  De ce fait, le travailleur autonome devrait pouvoir mettre fin à son entreprise.

Un risque fiscal

N’avoir qu’un seul client duquel tirer ses revenus s’apparente dangereusement à la situation d’un salarié, surtout si le client exerce un certain contrôle sur le travailleur autonome ou, s’il fournit le même genre de services que ceux offerts par le travailleur autonome. Cela pourrait s’avérer coûteux en argent et en énergie pour l’entrepreneur individuel qui ferait l’objet d’une vérification fiscale. En effet, il pourrait se voir retirer son statut de travailleur autonome et devoir verser des impôts supplémentaires, car on lui refuserait alors, ses dépenses d’entreprise. Aussi, si le seul client du travailleur autonome fournit la ligne téléphonique, l’outillage, une liste de clients, établit lui-même les heures de travail de l’entrepreneur individuel, exige qu’il complète un registre des heures travaillées et qu’il les approuve, fixe lui-même le taux horaire, il y a lieu de s’interroger sur le statut véritable de l’entreprise individuelle qui revêt alors un statut de salarié déguisé.

Sortir de cette situation financière

Pour se sortir de cette situation de n’avoir qu’un seul client, vous pourriez avoir recours au démarchage et à la publicité, mais ces deux techniques exigent l’investissement de sommes parfois inaccessibles à l’entreprise en démarrage. Cependant, si vous avez une relation de longue date avec votre client, n’hésitez pas à en tirer profit pour recruter une nouvelle clientèle. Demandez à votre client actuel de rédiger une recommandation que vous publierez sur votre site web, dans vos prospectus promotionnels et sur votre profil LinkedIn. Ces quelques trucs qui ne coûtent rien, pourraient vous aider à élargir votre clientèle.

Participez à la discussion